Communiqués de presse

Renforcement des mesures de biosécurité contre l'influenza aviaire

 
Renforcement des mesures de biosécurité contre l'influenza aviaire

Face au H5N8, la direction départementale de la protection des populations  rappelle que le risque élevé impose la généralisation de certaines contraintes dans le département.

Les cas détectés

Des cas d'influenza aviaire hautement pathogène ont été détectés chez les oiseaux sauvages et des élevages commerciaux dans plusieurs pays d'Europe (en Hongrie, en Pologne, en Allemagne, en Croatie, aux Pays Bas, au Danemark et également autour du lac de Constance, à la frontière entre la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche. La Suisse a également notifié un cas détecté sur le lac Léman). En France également, au 16 décembre 2016, 27 foyers de H5N8 sont confirmés et le ministre de l' l'Agriculture a relevé le niveau de risque à « élevé » pour tout le territoire métropolitain. 

A ce jour, aucun foyer n'a été détecté dans le département de la Charente-Maritime.

http://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-le-suivi-des-foyers-en-france).

A l'international, le nombre total de foyers et de cas notifiés continue d’augmenter et est à présent de 406, dont 245 au sein de l’avifaune sauvage, 155 en élevages et 6 au sein de l’avifaune captive

Le risque élevé et les mesures à prendre

Depuis début décembre 2016, un nouvel arrêté du ministre de l'agriculture, publié le 5 décembre 2016, a ainsi relevé le niveau de risque à "élevé" pour tout le territoire métropolitain.

 Cette évolution du niveau de risque impose la généralisation de certaines contraintes et notamment la claustration ou la mise sous filets des oiseaux domestiques (basse-cours non commerciales)  qui est obligatoire. Voir le flyer joint.

  •  Aucune dérogation n’est possible pour les petits élevages non-commerciaux (basse-cour, poules de jardins ou oiseaux d’agrément). Une dérogation est envisageable pour des raisons de bien-être, de label ou de conduite d’élevage, mais sous réserve d’une visite vétérinaire « favorable » en termes de mesures de biosécurité.
  •  Les rassemblements d’oiseaux sont interdits (sauf dérogations, notamment pour les oiseaux de compagnie en volière figurant à l’annexe II de l’AM du 16 mars 2016 modifié sus-cité).

Tous les détenteurs de volailles sont invités à se déclarer, notamment les détenteurs non professionnels (car non déclarés par ailleurs), et tout particulièrement autour des foyers (3 kms) déjà déclarés (carte consultable sur le site de télédéclaration) :

Cette déclaration peut se faire sur le site: http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/ (*lien direct ), en application de l'Arrêté du 24 février 2006 relatif au recensement des oiseaux détenus par toute personne physique ou morale en vue de la prévention et de la lutte contre l'influenza aviaire.

Cette déclaration peut aussi se faire par formulaire papier auprès de chaque mairie ; est notamment obligatoire pour tous les détenteurs de volailles dans un rayon de 3 kms autour des foyers.

* http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches/particulier/effectuer-une-declaration-55/article/lutter-contre-l-influenza-aviaire-498?id_rubrique=53&rubrique_all=1

De plus, sur tout le territoire :

  •  La surveillance des signes cliniques d’influenza aviaire est quotidienne dans les élevages. Le vétérinaire devrait être appelé en cas mortalité (≥ 4 % ou ≥ 2 % chez les palmipèdes), de diminution de 25 % ou de 50 % des consommations d’eau ou d’aliments, etc.
  •  La stricte application de l’arrêté « biosécurité » du 8 février 2016, applicable depuis le 1er juillet 2016, est rappelée.
  •  La surveillance des oiseaux sauvages s’étend aux oiseaux tirés ou capturés, en sus de ceux trouvés morts ou malades.
  •  Les lâchers de pigeons sont interdits (ainsi que les compétitions de pigeons voyageurs).
  •  Les lâchers de gibier sont soumis à certaines contraintes dont un lâcher à distance de tous les points humides rassemblant des oiseaux d’eau (cf. carte des zones humides pour vigilance particulière)

La mise en œuvre de ces mesures est essentielle pour éviter la propagation de ce virus sur notre territoire et protéger les élevages contre le risque qu'il représente.

> le flyer de renforcement des mesures de biosécurité - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,12 Mb

> le communique de presse - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,09 Mb

> Mesures biosecurité elevage avicole - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,18 Mb